avec Loulou·avec Nana

Mes enfants ont fait de moi la mère que je suis

a mere parfaite

Certaines le savent et d’autres pas . Avant d’avoir Nana et Loulou j’étais déjà maman ou plutôt ce qu’on appelle une « mamange » mais je déteste ce terme . Bien évidement ça à était un moment effroyable  qui reste gravé et qui tourne en boucle dans un coin de ma tête . Nous nous sommes soutenus avec mon mari pour continuer à avancer mais pas tourner la page car nous n’avons  jamais voulu oublier cette partie de notre vie .  Il y a eu des hauts et des bas , de nombreux pleurs et puis l’espoir est revenu avec Nana d’abord et Loulou ensuite. Ce qu’on dit est vrai . Le temps n’effacent pas la douleur mais on apprend à vivre avec et la douleur devient moins pénible .

Cette épreuve à forcement influencée une partie de ma vie . Est-ce que j’aurais été le même genre de mère s’il avait été présent aujourd’hui avec nous ? Je ne crois pas . Je ne suis pas du genre à stresser pour un oui ou pour un non pour autant .

En fait à l’arrivée de Nana j’ai tout de suite su quoi faire et quand le faire . C’était une évidence . Quand elle est entrée dans ma vie ça était une véritable bouffée d’oxygène . Elle m’a permis d’enfin sortir la tête  de l’eau  . J’ai choisis de ne pas lui faire subir le fantôme de son frère . Je lui en ai parler très tôt sans trop en dire . Depuis quelques temps elle connaît toute la vérité malgré son jeune âge . Il faut dire quelle commençait à poser beaucoup de questions alors quand je l’ai sentie prête et que je l’ai été aussi je lui  ai expliqué .

Quant à Loulou il nous a permis de boucler la boucle en quelques sortes . Ma grossesse à été pénible voir semée d’embuches mais tout ça est dernière moi, derrière nous . Nous avons eu notre litte boy ! Son arrivée à eu un effet thérapeutique sur moi .C’est Loulou qui a finit de me de me faire grandir en tant que femme et en tant que mère .

Je consacre un maximum de temps à mes enfants. Je joue avec eux, je danse avec eux , je chante avec eux , je cuisine avec eux, je me promène avec eux . En fait mes journées sont programmées pour eux . Ce n’est pas pour autant que je souhaite qu’ils soient collés à moi 24/24 . J’aime aussi avoir des moments à moi pour me retrouvé . Je suis une maman , mais je suis aussi une femme et je ne l’oublie pas ! Je ne cherche pas à être une mère modèle . Celle qui est sur tous les fronts , celle qui gère tous les problèmes sans agacements c’est pas moi . Non , je suis la mère que je suis , ni parfaite  ni imparfaite, juste moi ! Je n’ai pas lu un nombres incalculables de livres pour me dire qu’il fallait que mes enfants fassent ça à tel âge , se comporte comme ça , etc. J’ai fait des erreurs avec eux et j’en ferrais surement encore d’autres .

L’important c’est que mes enfants grandissent bien , qu’ils soient en bonne santé et surtout qu’ils soient heureux . Je crois que de ce côté je suis vernie ! Bien sûr j’ai aussi envie qu’ils aient des valeurs !

Au final je ne sais pas quelle genre de mère je suis vraiment mais je crois que c’est exactement cette mère là que j’aurais voulu devenir , une mère parfaitement imparfaite !

Xoxo

 

Publicités

14 réflexions au sujet de « Mes enfants ont fait de moi la mère que je suis »

  1. J’ai perdu mon fils il y a 6 ans alors qu’il avait 17 ans et ton article me touche évidemment ! on oublie pas mais heureusement que notre fille qui a maintenant 26 ans est notre moteur. On est des mamans pas parfaites ni imparfaites comme tu dis mais l’amour est là. Je suis certaine que tu es une bonne maman, je te souhaite une bonne journée.

    1. Perdre un enfant n’est pas dans la logique des choses et c’est vraiment très dur .
      Mon cas est diffèrent du tiens . Pour ma part j’ai perdu mon fils pendant ma grossesse . Il est venu au monde sans vie .
      Je n’ose imaginé l’horreur que tu as vécu! Merci de ton témoignage . Il me touche et m’émeu .

  2. C’est très touchant. Ce n’est pas simple de faire le deuil et de vivre sa vie sans trainer un fantôme derrière soi (même si on y pense tout le temps). Tu as su le faire pour tes enfants, pour qu’ils n’aient pas à subir ça et je trouve ça vraiment super.
    Tu es une maman parfaite ! 🙂

  3. C’est tellement vrai !
    Perdre un enfant ce doit être une épreuve terrible… Pour ma part j’ai vécu une fausse couche (après deux grossesses arrivées à terme) à 10SA (encore assez tôt), mais que j’ai plutôt bien vécu en fait… Parce qu’à cette même période me cousin de mon mari perdait son fils d’une maladie génétique qui avait exactement 10 jours d’écart avec mon fils… Et je regardais mon petit bonhomme et je m’imaginais à leur place et en fait non je pouvais pas… Alors enceinte j’ai vraiment pensé que si l’enfant que je portais devait être « malade » je préférais qu’il parte tout de suite plutôt qu’à 18 mois. Disons que ça m’a fait relativiser…

    1. Une fausse couche c’est aussi une épreuve mais je comprends que tu relativise vu ce que ton cousin traversait en même temps que vous . La vie continue malgré tout même si c’est pas évident . Et puis , ce qui ne tue pas rend plus fort !

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s